Jean-Luc Poulin (1926-1999) architecte



Fils de Théodore Poulin (1896-1971) et de Clarisse Busque (1905-1991), Jean-Luc Poulin naît le 20 novembre 1926 à Beauceville. Le 5 septembre 1953, à Beauceville, il épouse Carmen Mathieu (1926-2012), fille de Joseph Mathieu (1880-1961) et de Corinne Thibodeau  (1884-1937). Les bureaux professionnels de M. Poulin étaient situés à Montréal. Née le 23 février 1926, Carmen Mathieu, diplômée de l'École des Beaux-Arts à la fin des années ’40, fut une des premières femmes à étudier et travailler au Jardin Botanique de Montréal au début de la décennie 1950. Le couple Poulin-Mathieu sera les parents de trois filles: Claude, Catherine et Nathalie. Jean-Luc Poulin décède le 31 décembre 1999 et son épouse le 30 août 2012.

Architecte et professeur de renom, il étudie à l'École des Beaux-arts de Montréal dans la section architecture et obtient son diplôme en 1952. Admis officiellement comme architecte en 1953 par l'Association des architectes de la Province de Québec, il débute sa carrière comme chef d'atelier dans un bureau d'architecte de Montréal, emploi qu'il conserve jusqu'en 1958. À partir de ce moment, il pratique sa profession seul (Jean-Luc Poulin, architecte) et à titre d'associé dans quelques firmes (Les architectes Poulin et Ayotte, etc.). Il se spécialise dans la conception d'établissements religieux, résidentiels, industriels, commerciaux et de loisirs.

 À titre d'exemple, il a créé des églises (telle, en 1966, l’église ultra moderne de Saint-Benoît-Labre, en Beauce) et presbytères, des écoles, des immeubles d'habitation, des résidences, du Centre culturel de Beauceville (inauguré le 25 juin 1967) ainsi que le Village canadien à la Ronde pour l'Expo '67. Dès ses débuts, Poulin participe à plusieurs concours en architecture. En 1964, il reçoit le deuxième prix au concours national d'architecture pour la Salle de concert et le Conservatoire de Québec et décroche une mention pour le concours d'architecture du pavillon du Québec à l'Exposition universelle d'Osaka au Japon. Il est déclaré Fellow par l'Institut Royal d'Architecture du Canada en 1968, il accepte la médaille du mérite de l'Ordre des architectes du Québec en 1976 et reçoit le mérite de 1996, décerné par le Conseil interprofessionnel du Québec.

L'implication de Jean-Luc Poulin en architecture est remarquable et tentaculaire. En effet,  il a été membre et président de jury de plusieurs événements de 1979 à 1990, dont le concours d'architecture pour le Musée de la Civilisation du Québec en 1981 (président du comité directeur et du jury), le Prix du Crédit Foncier pour la restauration des immeubles (président du jury) et le concours d'architecture pour le siège social de l'Ordre des architectes du Québec (membre du jury).

En plus de son apport dans ces nombreuses activités, il offre son expertise dans de multiples comités tels le Comité consultatif d'architecture de l'Université de Montréal et Hydro-Québec, le Comité permanent sur l'usage des bâtiments, le Conseil canadien des normes et le Comité aviseur de l'École d'architecture de l'Université McGill.  À cela, ajoutons sa participation non négligeable pendant sept ans au Conseil canadien des normes et au Comité permanent sur l'usage des bâtiments du Conseil de la recherche du Canada.

Quant aux associations professionnelles, Jean-Luc Poulin cumule quelques postes à la direction: l'Ordre des architectes du Québec le nomme secrétaire en 1972-1973 et président en 1974-1975 et 1977-1978 et l'Association des architectes de la Province de Québec le désigne président en 1973-1974. En ce qui concerne l'Institut Royal d'architecture du Canada, il y participe à titre de membre depuis 1953.

Jean-Luc Poulin embrasse en parallèle de sa profession d'architecte, celle d'enseignant. Il débute comme chargé de cours pour le dessin architectural à l'École des Beaux-arts de Montréal de 1952-1963. Par la suite, on lui demande d'assurer la responsabilité de cette section de 1956-1963 et il décide aussi de partager son temps, de 1957 à 1962, à l'École d'architecture de Montréal où il est chargé de cours. Professeur et chef de la section de technologie architecturale à cette même école (1962-1964), Poulin donne, de plus, des cours au certificat de prévention-incendie à l'École de polytechnique. Il continue sur sa lancée alors qu'il devient, d'abord, professeur agrégé et vice-doyen dès la création de l'École d'architecture de l'Université de Montréal en 1964-1968, ensuite directeur en 1968-1971, puis professeur titulaire (1968-1989) et vice-doyen de la Faculté d'aménagement de l'Université de Montréal (1968-1972).

À travers toutes ces activités, Jean-Luc Poulin prend la plume et écrit plusieurs ouvrages et articles entre autres sur la réglementation, la législation et la normalisation des bâtiments. Il contribue également par ses connaissances à la révision du Code national du bâtiment. Jean-Luc Poulin fut un architecte, un professeur et surtout un homme très respecté.

Sources:

Saint-Pierre, Jacques, "Témoignage: Jean-Luc Poulin (1926-1999)", Forum, 5 juin 2000 http://www.forum.umontreal.ca/numeros/1999-2000/Forum00-06-05/divers.html


http://www.archiv.umontreal.ca/pdf/Poulin%20Jean-Luc.pdf Photo de Jean-Luc Poulin

André Garant, brèves notes généalogiques et historiques beauceronnes

 


 


Comments