Gaspard Fauteux (1898-1963)




Né à Hyacinthe le 27 août 1898, fils du dentiste Homère Fauteux (1872-1933) et de Héva Mercier (1873-1932), fille du premier ministre du Québec, Honoré Mercier.

Le 18 septembre 1923, à New York, il épouse Marguerite Barré (1902-1985), fille de l’artiste Raoul Barré. Gaspard Fauteux décéde à Montréal le 29 mars 1963 et est inhumé au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges, dans la concession T 00500.

De 1921 à 1926, il est dentiste à Beauceville. En 1928-1929, il est organisateur de la clinique dentaire de l’Hôtel-Dieu de Montréal.

 Député libéral provincial de Montréal-Sainte-Marie de 1931 à 1935. Ensuite, de 1942 à 1949, M. Fauteux occupe le siège de député libéral fédéral de Sainte-Marie. Membre du Conseil privé en 1949, il est nommé lieutenant-gouverneur du Québec du 3 octobre 1950 au 14 février 1958.

Marguerite Barré et Gaspard Fauteux sont les parents de : Roger Fauteux (1924-1980), Paul J. Fauteux (1927-1995), Marie Fauteux (1933-), dite Mimi, épouse de Claude Castonguay (ancien Ministre de la Santé) et Gaspard Fauteux Jr (1942-).


Gaspard Fauteux est le petit-fils d’Honoré Mercier. Neveu de Lomer Gouin  Homère Fauteux habitait près du cimetière de l’ouest de Beauceville, sur le site de l’ancienne Imprimerie L’Éclaireur; quant à Gaspard, il fut propriétaire de la première maison préfabriquée (démolie il y a quelques années), au 200 avenue Saint-François, de biais avec son père.

Le 20 août 1888, à Saint-Romuald, sa grand-mère, Hermine Dessaint dit St-Pierre, veuve de Gaspard-Norbert Fauteux, épouse en secondes noces le Dr Joseph Godbout (1850-1923), député et futur sénateur. 

Gaspard Fauteux est le petit-fils d’Honoré Mercier. Neveu de Lomer Gouin et beau-père de Claude Castonguay. Homère Fauteux habitait près du cimetière de l’ouest de Beauceville, sur le site de l’ancienne Imprimerie L’Éclaireur; quant à Gaspard, il fut propriétaire de la première maison préfabriquée (démolie il y a quelques années), au 200 avenue Saint-François, de biais avec son père.

André Garant

 

Sources:

Saint-François -de-Beauce, je me souviens, 1985. (Beauceville au temps jadis, André Garant)

et dossier personnel

 



Comments