Des politiciens de Beauceville



Au Bas-Canada (Québec), le droit de vote est obtenu en 1791. De 1792 à 1829, la Nouvelle Beauce fait partie du comté de Dorchester. La Beauce retrouve son nom de comté de 1829 à 1838, le reperd au profit de Dorchester de 1838 à 1853 et la circonscription électorale de Beauce refait surface à partir de1853. En 1792, un candidat peut se présenter dans plus d’un comté à la fois. Le député ne retire alors aucun salaire.

Au 19e  siècle la corruption et la violence sont monnaie courante en politique, tant provinciale que fédérale. Vers 1850, Louis Barbeau père bâtit un établissement hôtelier à Saint-François-de-Beauce, à l’ombre du clocher. Cette première salle publique servira à des fins politiques, entre autres, à des discours enflammés sur estrade dite husting, lors d’assemblées contradictoires houleuses. En 1872, le libéral Christian-Henry Pozer (1835-1884) de Saint-Georges affronte à l’élection fédérale le politicien conservateur beaucevillois Jean Blanchet (1843-1908) : une émeute s’en suivit et certains se réfugièrent à l’Hôtel Barbeau. Les protagonistes ont vu bleu et rouge. Cet hôtel est sis au 224 actuel de l’avenue Lambert



Revenons aux politiciens. Naturellement, on passe sous silence les tractations politico-religieuses certaines de nos curés-bâtisseurs du 19e siècle tels F.-X. Tessier et L.-Z. Lambert. Passons vite sur le lobby actif des maires d'hier à aujourd'hui. Des hommes et femmes d'affaires, des dirigeants scolaires baignent dans ces eaux politiques. Organisateurs d’élections. Rouges, bleus, vieux et nouveaux partis, de droite, du centre ou de gauche. Fédéralistes, séparatistes.

L'histoire beaucevilloise est riche  en faits d'armes politiques. Une simple nomenclature de quelques-uns de ces décideurs suffit à peine à imaginer les retombées concrètes régionales beauceronnes et beaucevilloises. Quel est le positif à retenir de l'action de ces politiciens nés ici ou ailleurs? Le Collège du Sacré-Cœur a été le théâtre de nombreuses assemblées contradictoires, et de discours enflammés!

Quoi qu'il en soit, tous ceux-ci ont eu besoin naturellement de talent, de savoir-faire, d'influences multiples...et du vote de la population ! Enfin, où sont donc les politiciennes? Demain


Jean Blanchet (1843-1908), fils du notaire Cyprien Blanchet, né à Saint-François-de-Beauce (rive ouest), député conservateur de Beauce (1881-1891) et chef de l'opposition provinciale (1890-1891). Bâtonnier du Québec (1890-1891).  Inhumé à Saint-François-de-Beauce. De 1882 à 1887, il est secrétaire et registraire de la province de Québec (1882-1887) dans les cabinets Mousseau, Ross et Taillon. Son siège devint vacant à la suite de sa nomination comme juge à la Cour du banc de la reine, le 19 septembre 1891.




André Caron
, fils de Laval, est né en 1951.  De 1974 à 1977, il est conseiller en dotation à la Commission de la fonction publique. Son cheminement : Ministère des Affaires municipales, Ministère de l’Industrie et du Commerce,Ministère des Approvisionnements et des Services. Enfin, depuis 1989, il est attaché au Ministère des Transports du Québec. Depuis le 15 mars 2010, il occupe le poste de sous-ministre adjoint au ministère des Transports du Québec.

Photo: Sylvie Prémont 

Renaud Caron est vice‐président principal ‐ Développement de l’entreprise chez Groupe CGI Inc..

Renaud Caron, fils de Laval Caron et de Georgette Poulin, est né en 1950 à Beauceville. Il est titulaire d'une maîtrise en administration publique de l'École nationale d'administration publique à l'Université du Québec, d'un baccalauréat en sciences économiques de l'Université de Sherbrooke et d'une formation de gestion au Harvard Business School.

Sous-ministre de l'Industrie, du Commerce et de la Technologie en 1994. En 1995, sous-ministre du Développement Économique du Canada. Ancien haut-fonctionnaire des gouvernements du Québec et du Canada, il est vice-président principal du Développement stratégique du Groupe CGI, chef de file des services en Technologie de l’Information. sous‐ministre au ministère des Affaires Internationales et de secrétaire général associé au ministère du Conseil exécutif.

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est fière de compter sur Renaud Caron,son nouveau président du conseil pour 2013-2014

M. Caron a siégé aux conseils d'administration de nombreux organismes à vocation économique et entreprises privées, tels le World Trade Centre à Montréal, la Banque de développement du Canada, la Société générale de financement du Québec, Montréal International et Techno Montréal. Il est également impliqué dans différents organismes, dont l'Institut du Cancer de Montréal. Président de Deloitte à Montréal.




Alexandre-René Chaussegros de Léry
(1818-1880), né à Québec, fils de Charles-Étienne C. de Léry, seigneur de Rigaud-Vaudreuil et sénateur de Lauzon(1871-1876).  Inhumé en 1880 à Saint-François-de-Beauce. Beau-père de Richard Alleyn, député conservateur de Québec-Ouest en 1877-1878.


 Charles-Étienne Chaussegros de Léry (1774-1842) :nommé au Conseil exécutif du Québec le 4 janvier 1826; démissionna le 22 octobre 1835 ou en 1837, selon les sources. Fit partie du Conseil spécial du 2 avril 1838 jusqu'à la dissolution de ce conseil, en juin, et à nouveau du 2 novembre 1838 jusqu'à 1841.


Yvan Cliche, fils de Charles-Édouard, né à Beauceville en 1940. Sous-ministre provincial adjoint de l'Office des Ressources humaines (1990-1996), sous-ministre adjoint de l'Office des services de garde.


Elzéar Miville-Deschènes, pharmacien de Beauceville , époux de Anna-Marie Renault à P.F. Vers 1912, il devient sous-ministre des Terres et Forêts du Québec. Il est le neveu de la tante d’Édouard Lacroix, homme d’affaires et politicien.
Le 14 septembre 1926, un autre conservateur de Beauceville, Wilfrid Duval (1900-1975), se présente au fédéral contre Édouard Lacroix (1889-1963) qui est réélu..
 


Gaspard  Fauteux (1898-1963), né à Saint-Hyacinthe, dentiste à Beauceville jusqu’en 1926, député libéral provincial de Montréal Sainte-Marie (1931-1935où il gagne contre Camillien Houde, ensuite député fédéral de Sainte-Marie(1942-1949), président de la Chambre des communes(1945-1949), lieutenant-gouverneur du Québec (1950-1958), petit-fils de Honoré Mercier 1er ministre du Québec et de Joseph Godbout, neveu du 1er ministre Lomer Gouin, beau-père de Claude Castonguay.




Édouard dit Carrier Fortin (1915-2007), fils de J.Édouard Fortin et Blanche Carrier, est avocat et journaliste. Député de Sherbrooke en 1962 et ministre du travail libéral provincial  (1963-1966) sous Jean Lesage.




J.Édouard Fortin (1884-1949), fils de J.Télesphore Fortin, co-fondateur en 1908 de l’imprimerie et du journal L’Éclaireur. Maire de Beauceville de 1922 à 1924. Il occupe aussi la fonction de régistrateur de Beauce. De 1932 à 1980, l’ancien pont de Beauceville se nomme Pont Fortin en son souvenir.  De 1929 à 1935, il est député libéral provincial de Beauce. Inhumé à Beauceville.







Thomas Fortin   
Avocat, professeur, député à la Chambre des Communes de1896 à 1901 et juge à la Cour Supérieure, né le 12 juillet 1853 à Saint-François de la
Beauce, fils de Joseph Fortin, cultivateur, et de Marie-Louise Vachon   .Il épouse le 16 mai 1882, Amanda Fortier qui lui donne 15 enfants dont huit meurent en bas âge. Il est le père du peintre Marc-Aurèle Fortin.    
 P.Cyprien Fortin, né aux États-Unis le 15 mars 1856 et émigré au Canada  en 1874. Premier maire de Beauceville (1904-1906)...candidat conservateur fédéral en 1897 et défait par seulement 755 votes par le très populaire H.-Séverin Béland.

Fabien Gagnon (1898-1957), fils de Jean, né à Beauceville, député libéral de Compton (1956-1957). Médecin-chef du service de gynécologie de l'Hôpital Saint-Sacrement à Québec. Inhumé au cimetière Belmont, à Québec.





Joseph Godbout (1850-1923), né à Lambton, médecin et résidant à Beauceville, député fédéral indépendant de Beauce (1887-1891) et libéral ( 1891-1901)...ensuite sénateur. Demi-frère d’Arthur Godbout de Saint-Georges, député et sénateur. Les deux Godbout gèrent le bureau politique du député Béland, pendant son incarcération par les Allemands.




Blaise-Ferdinand Letellier (1862-1930), né à Lévis, avocat qui pratiqua à Saint-François-de-Beauce. Candidat libéral défait dans Dorchester en 1900. Candidat conservateur défait dans Beauce à l'élection partielle du 31 janvier 1902. Nommé conseiller législatif de la division de Lauzon le 29 septembre 1905.



Serge Paré, fils de Mélithon, est né en 1947. Il est un spécialiste des questions internationales, notamment celles concernant l'Amérique latine pour lesquelles il oeuvre depuis 25 ans. Il a représenté plusieurs ministères et organismes du gouvernement du Québec auprès d'instances internationales et de gouvernements étrangers en matière de commerce, d'investissement et de coopération économique. Il a été délégué du Québec au Vénézuéla. Il a proposé la stratégie d'action du gouvernement du Québec dans le contexte de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Il a mis en oeuvre le volet commercial du programme Décennie québécoise des Amériques. Enfin, il a été sous‑ministre adjoint responsable de la région de la Chaudière-Appalaches au ministère des Régions.

 En 2005, il entrait à La Financière agricole du Québec et du Développement international (FADQDI). Avant de prendre sa retraite, il y est administrateur et directeur général.

Née à Charny, Catherine Paré, fille de Serge Paré et de Joëlle Gervais, est candidate du Parti Québécois dans Chutes-de-la-Chaudière, aux élections du 7 avril 2014. Mme Paré, mère de trois enfants, est co-propriétaire de garages automobiles et directrice-adjointe d’un CPE. De plus, Catherine Paré fut, de 1999 à 2003, conseillère et agent de liaison auprès de la ministre Linda Goupil. Elle est aussi attachée de presse du ministre déléguée aux régions,



Normand Poulin
, né en 1954 à Beauceville, fils de Jean. Député libéral provincial de Beauce-Nord (1994-2003). Membre de la Commission municipale du Québec de 2003 à 2006. Vice-président de la Commission de protection du territoire agricole du Québec depuis le 9 janvier 2006. 

Père de Jacques Renault à Pierre-Ferdinand (1918-1987), Henri-René Renault (1891-1952) est maire de Beauceville-Est de 1930 à 1933. Élu député libéral dans Beauce en 1939. En 1942, il est assermenté ministre sans portefeuille dans le cabinet Godbout. Ministre des Affaires municipales, de l'Industrie et du Commerce du 29 juin au 30 août 1944. Inhumé à Beauceville.

En 1914, à Québec, Henri-R.Renault avait épousé Méléda Drouin (1890-1973), fille de Napoléon Drouin (1862-1934), industriel du tabac, et d'Amanda Lafond.

En 1908, sa sœur Jeanne Renault (1886-1966) épouse Louis Saint-Laurent (1882-1973), premier ministre du Canada de 1948 à 1957.


 
Fils de Héliodore Rodrigue et Béatrice Latulippe, Lucien Rodrigue est marié et père de six enfants. Il est m

édecin-urgentologue à l'hôpital St-François-d'Assise à Québec. Il est donc très informé sur les besoins actuels dans le domaine de la santé au Québec. Il est également détenteur d'un baccalauréat en agroéconomie. Bon sportif, il excellait au tennis, entre autre. Son moyen de transport favori : le vélo, huit mois par année. 

En 2007, candidat du Parti Vert du Québec dans Jean-Lesage, son programme voulait rendre plus accessible les services d’urgence; favoriser l’utilisation du transport en commun; améliorer le réseau de pistes cyclables de concert avec les élus municipaux; travailler à la construction d’un stade de soccer intérieur; sortir la malbouffe des écoles, des garderies et des hôpitaux; faire en sorte de diminuer les émissions polluantes de la Stadacona; militer en faveur du compostage et du recyclage; ainsi que développer et soutenir les échanges culturels. Aux élections de 2007, il est défait par Jean-François Gosselin ADQ.



André Garant

Source: Sites internet

Historiques de Beauceville, publiés en 1985 et 2004

Thomas Fortin (P0713) - Archives de Montréal - Montréal

Québec Hebdo