Premier pont de fer en Beauce (1899)

À droite, le pont de 1899 remplace le pont Latulippe. À gauche, le pont Fortin de 1932   Source:CCPB


Il est loin le temps des bacs du milieu du 19e siècle de Félix Veilleux face au cimetière de Saint-François-de-Beauce et celui d’Antoine Bernard jouxtant la rivière du Moulin. En 1865, vers le cimetière, Onésime Latulippe opère un pont à chevalets à péage.

En Beauce, le premier pont de fer est inauguré sur la Chaudière à Saint-François-de-Beauce le 10 septembre 1899. À l’époque, Saint-François est la métropole de la Beauce. Ce pont coûtera 24 000$ dont 10850$ de contributions volontaires beaucevilloises, réparties sur trois ans. Finalement, la municipalité devra emprunter 18300$ à 4 ½ %, amortis sur cinq ans. Ce pont de 1899, bâti près de l’église paroissiale, branche la circulation sur la route 108 menant directement à Sherbooke.

Les travaux débutent en mai 1898 et le 6 octobre 1898, la circulation est permise. L’ingénieur français Beullac surveille les travaux pour la Dominion Bridge Co. Les plans sont de l’ingénieur Louis A. Vallée. Le pont s’étire sur 637 pieds, le tablier fait 16 pieds. Il a trois travées et est bâti sur deux piliers de 31 pieds de hauteur, espacés de 200 pieds, 10 pieds d’épaisseur par 7 au sommet. La pierre de granit est extraite d’une carrière à six kilomètres au nord-ouest de l’église.

Pour l’inauguration, 1300 visiteurs de la région de Québec  et 1400 du district de Sherbrooke  gagnent Saint-François. On évalue à près de 10 000 personnes présentes aux alentours de l’église, sur le pont et sur l’Île ronde qui tient lieu de parc. La Garde Montcalm de Québec et l’Union Musicale sont de la partie. L’ancien curé Benjamin Demers célèbre une messe solennelle et une demoiselle Moisan, soprano de Sainte-Marie, chante un vibrant Ave Maria. Naturellement, à l’époque, un tel événement est presqu’unique en Beauce, d’où sa grande popularité.

Les grandes vedettes de la journée sont sans conteste le premier ministre du Canada, Sir Wilfrid Laurier (1841-1919) et Félix-Gabriel Marchand (1832-1900), premier ministre du Québec et le charismatique député Henri Bourassa (1868-1952). Les Drs Henri-Séverin Béland et Joseph Godbout (de Saint-François) sont les députés de Beauce. Héva Mercier-Fauteux, fille de l’ex-premier ministre Honoré Mercier habite près du cimetière de Beauceville.

Vers 15 h 30, Wilfrid Laurier déclare que ce n’est pas ici une démonstration politique,  mais une fête fraternelle de la famille canadienne-française. La foule trépigne et salue vivement le premier ministre. À 17 h 30, présidé par le curé Lambert de Saint-François, un banquet se tient au Collège Saint-Louis-de-Gonzague des Frères Maristes. La fête se termine à 20 heures par des feux d’artifices.

Ce pont fut construit à peine plus haut que cinq pieds des plus hautes eaux prévisibles. Cependant, en 1917, le tablier de bois est inondé et en 1928, les lambourdes sont touchées. Sans trottoirs, les piétons sont en danger.

En 1932, l’entrepreneur Jos Plante de Saint-Victor achète le vieux fer du pont de 1899 pour 5500$. En 1932, le Pont Fortin remplace celui de 1899 et sera en opération jusqu’en 1980.

Au printemps 2007 le Comité Culturel et Patrimonial de Beauceville, avec Michel M. Mercier et les collaborateurs Andrée Roy et Roland Poulin, organise une intéressante exposition sur les ponts de Beauceville.

Le 30 mai 2008, inauguration de La passerelle Desjardins (1,6 million $), reliant la rive est de Beauceville à l'Île-Ronde

http://www.beauce.tv/regarder.php?vId=975  



André Garant

Sources :

Synthèse d’un article du 11 septembre 1899 du journal La Patrie.

Archives du notaire F.-G. Fortier, Beauceville

Album souvenir de la bénédiction du pont de Beauceville en 1932, notaire Philippe Angers.