Luc Lacourcière


Fils du Dr Henri Lacourcière (1853-1942) et de M.Emma Gosselin (1867-1944) de Saint-Victor de Beauce, Luc Lacourcière naît le  18 octobre 1910. Il est le frère du futur juge Antoine Lacourcière ; sa sœur Agathe, mariée à Jean Lacerte, a laissé son nom à un Pavillon de l’Université Laval (1re femme à y enseigner …l’espagnol). « …sa mère recueillait toutes sortes de papiers, de photographies, d’anecdotes et qui consignait en une série de cahiers…»

Il demeure à Saint-Victor jusque dans les années trente, car ses parents déménagent et ses études l’attirent à l’extérieur. Ses études de littérature terminées, il ira enseigner en Suisse.  Deux ans plus tard, en 1938, il est professeur à Rigaud et entre en contact avec Marius Barbeau. Ses recherches débutent : collaborateur de Barbeau, de Mgr Félix-Antoine Savard, de Madeleine Doyon-Ferland. En 1940, il donne des cours de Français aux anglophones à l’Université Laval. Il introduit peu à peu des notions de folklore français d’Amérique dans ses cours.  Ses enquêtes sur le terrain sont fructueuses.

En 1944, il fonde alors les Archives de folklore de l’Université, aujourd’hui le C..E.L.A.T., Centre d’études  sur les langues, les arts et les traditions populaires. Aussi directeur de la collection Archives de folklore, plus de 24 études spécialisées (S.Denise Rodrigue, une Georgienne, en  a signé une).

La maison d’édition Fides lui confie la collection Le Nénuphar: une partie de l’œuvre du poète Émile Nelligan est alors rendue publique.

Reconnu mondialement, il deviendra professeur invité à Paris, Lyon, Strasbourg, Poitiers en France et aux États-Unis. Conférencier en Finlande, en Grèce et en Roumanie. Il se retire en 1978. À partir de  1961, il vivra à Beaumont au Québec, dans une ancienne maison d’habitant datant de 1710.

Compagnon de l’Ordre du Canada  en 1970, membre de la Société Royale du Canada en 1962, fellow de l’American Folklore Society en 1973, médaillé de l’Académie canadienne-française en 1985 etc. En 1987, il reçoit le prix de l’Ordre des francophones d’Amérique.

Luc Lacourcière a compilé 2150 chansons, 2000 contes et légendes, 350 enregistrements, auteur d’une centaine d’articles, directeur de 98 thèses.  Jean du Berger, Jean-Claude Dupont, Conrad Laforte, Antonine Maillet, entre autres, ont été de ses élèves. Correspondance avec Alain Grandbois, Gabrielle Roy…

Depuis 1978, le C.E.L.AT. décerne la médaille Luc-Lacourcière.  Beaumont a sa bibliothèque Luc-Lacourcière et Saint-Victor a déjà eu un prix en son honneur. M.Lacourcière a donné ses lettres de noblesse au folklore.  À l’Hôpital Laval, il décède le 15 mai 1989. Inhumé à Saint-Victor de Beauce.  Mme Magaret Low aura été son assistante de recherche et sa compagne pendant plusieurs années.

 André Garant


Source de la photo : DUPONT Jean-Claude, Mélanges en l’honneur de Luc Lacourcière, Folklore français d’Amérique, sous la direction de Jean-Claude Dupont, Leméac, 1978, 485 p.

 


Comments