Jadis la métropole beauceronne



 En 1846, faut-il rappeler la première fièvre de l’or au Canada sur la rivière Gilbert de Saint-François-de-Beauce? De 1875 à 1930, on ne se surprend pas que Beauceville soit la métropole de la Beauce et qu’en 1904 cette localité accède au 1er statut urbain beauceron. De 1886 à 1907, la ligne de chemin de fer stoppe à Beauceville. De plus, le 10 septembre 1899, le premier ministre du Canada, Wilfrid Laurier, vient y inaugurer le 1er pont de fer sur la Chaudière. En 1908, Joseph-Télesphore Fortin (1855-1936) quitte Baie St-Paul et, avec son fils Édouard, installe à Beauceville son imprimerie et son journal L’Éclaireur.

Avec ses réputés établissements scolaires d’époque, le Collège Sacré-Cœur (1894), le Couvent Jésus-Marie (1897) et l’École Normale de Beauceville (1923), la renommée de Beauceville est reconnue sur un vaste territoire. Les deux longs mandats des entreprenants curés François-Xavier Tessier de 1852 à 1886 et de Louis-Zoël Lambert de 1892 à 1925 enrichissent les infrastructures beaucevilloises.

Deux fois lauréats de l’Académie française, le poète William Chapman (1850-1917) est né à Saint-François-de-Beauce. Fils du notaire Cyprien Blanchet, Jean Blanchet (1843-1908) sera chef de l’opposition officielle à Québec en 1889-1890 et Bâtonnier du Québec. Avec son demi-frère Arthur Godbout de Saint-Georges, le Dr Joseph Godbout (1850-1923) député et futur sénateur, est installé à Beauceville; il remplacera le célèbre Henri-Séverin Béland comme député pendant sa captivité en Allemagne en 1917-1918.

Pas de la réputée ethnologue Madeleine Doyon (1912-1978), de Saint-François-de-Beauce à Beauceville, la politique et le domaine culturel y sont bien représentés. Autres exemples…

Héva Mercier (1873-1932), l’épouse du dentiste Homère Fauteux (1872-1933), est la fille de l’ancien premier ministre du Québec, Honoré Mercier. Vers 1898, Mme Mercier-Fauteux et sa famille habitent près du cimetière de Saint-François-de-Beauce. Son fils, Gaspard Fauteux (1898-1963) sera lieutenant-gouverneur du Québec et beau-père de Claude Castonguay, père de l’assurance-maladie du Québec.

***

Fille de Robert-Shore-Milnes Bouchette, avocat et cartographe, et de sa 3e épouse, Clara Lindsay, Marie-Caroline Bouchette (13-11-1874 / 16-09-1957) est née à Québec. En 1901, elle épouse  Me François-Achille-Taschereau Fortier, régistrateur à Beauceville de 1887 à son décès en 1919. Elle est aussi la belle-sœur de William-Henri Brouage Chaussegros de Léry (1851-1914) de Saint-François-de-Beauce. Au recensement de 1901, elle demeure à Saint-François-de-Beauce chez sa sœur Adélaïde Bouchette-de Léry.

Elle fut bien connue comme une pionnière de la littérature jeunesse et historique québécoise. Auteure de trente ouvrages. Sous le pseudonyme de Maxine, elle écrit souvent au Lac des Pins, soit au Lac Fortin de Saint-Victor en Beauce.

***

Enfin, fille du plus prospère marchand général de la Beauce, Pierre-Ferdinand Renault de Beauceville, Jeanne Renault (1886-1966) épouse, en mai 1918, Louis St-Laurent (1882-1973), le futur premier ministre du Canada de 1948 à 1957.

 

André Garant

Source: Dossier personnel