Inhumations sous l'église


De droit coutumier, le seigneur et sa famille ont le privilège de posséder leur banc à l’église paroissiale. À Saint-François-de-Beauce, ce banc est situé dans la nef, côté de l’Épître, vers la Bibliothèque Madeleine-Doyon, rangée des colonnes, no 1.A l’automne 1938, absents de la paroisse, les de Léry remettent leur banc à la Fabrique.

Il existait alors une trappe au plancher, dans la nef gauche, vers la porte extérieure, côté rivière Chaudière, en vue de faciliter ces inhumations dans un petit enclos, entouré d’une grille de fer. Les cercueils étaient chaulés et mis en terre sous à peine trois pieds de terre. Avec les inondations successives, ce site a souvent vu des ossements remonter à fleur de terre…et remis en terre.

Au soubassement, aux soliveaux du plancher, on note l’inscription au crayon de défunts inhumés sous l’église :

Le 15 août 1899, le père du curé L.-Z. Lambert, Léon Lambert, 90 ans et six mois, est inhumé sous l’église. Le 3 octobre 1902, son épouse âgée de 94 ans,  Cécile Desrochers reçoit aussi cet honneur.

1804 à 1936 : 22 membres de la famille seigneuriale Chausssegros de Léry…une plaque de cuivre rappelle le tout, du côté de la rivière Chaudière.

1813, le curé Joseph Bélanger devient le 1er à être enseveli sous l’église de 1804 et transféré plus tard sous celle de 1857.

Combien d’autres membres du clergé ou fidèles auront reçu une sépulture sous les diverses chapelles et églises de Saint-François-de-Beauce?

Un avant-goût de paradis...

André Garant

 


Comments