Édouard Beaudoin


Né à Saint-Elzéar-de-Beauce, le 21 février 1890, Édouard Beaudoin (1890-1964) est le fils de Georges-A. Beaudoin et de Marie-Louise Lacroix. Édouard Beaudoin est le cousin du réputé Beauceron, Édouard Lacroix (1889-1963).

Ordonné prêtre le 22 juillet 1918, il devient maître de discipline, professeur et préfet des études à l’École d’agriculture de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Il décrit les travaux et les traditions populaires. Signant ses nouvelles et récits sous le pseudonyme de Jean-Sans-Terre, Édouard Beaudoin collabore au journal L’Action Catholique et à des revues agricoles. Voici quelques titres : Nos petits clos d’enfant, Les petits toucheux, Le petit ruisseau d’école, Le lavage au battoir, La faine, L’écochage et le filage, La cueillette des fraises de champs, L’ourdissage, Le moulin à farine, Nos bonnes vieilles tricoteuses, Les ramasseurs de roches, La bénédiction paternelle, La veillée au corps, Notre fricot du lundi gras, Quand on passait dans la grand’maison, les mi-carêmes anciennes, Les vieux gréments de sucrerie, La première fois que je couchai à la cabane, Une fête au sucre, Le chien de ferme, La mère à la Chicane, Les diables déchainés, Un bonhomme de Noël dangereux, etc.

De 1941, à 1964, il est curé de Saint-Georges-de-Beauce, Mgr Beaudoin demeure très actif dans l’obtention des Séminaire de Saint-Georges et de l’Hôtel-Dieu-Notre-Dame-de-Beauce. En 1956, il est nommé Chanoine. Il prend sa retraite le 6 septembre 1964. Quelques mois plus tard, le 24 décembre 1964, il décède d’une crise cardiaque.

André Garant

Source :

À l’ombre du clocher, Paroisse Saint-Georges-de-Beauce, André Garant, pages 117 à 127, 1985

 

 


Comments